Nous avons trouvé 0 résultats. Voir les résultats
Recherche Avancée

300 € à 5 000 000 €

nous avons trouvé 0 résultats
Vos résultats de recherche

Le Marché de l’immobilier

Posté par Domians Immobilier sur 24 octobre 2019
| 0
Si habituellement le marché immobilier se ralentit durant la période estivale, ce trimestre a encore déjoué tous les pronostics. Loin de marquer une pause, le 3e trimestre 2019 a encore battu des records lorsqu’on le compare à la même période de l’année précédente, alors même que 2018 était déjà exceptionnelle.
 
Ainsi, au cours des mois de juillet, août et septembre 2019, plusieurs enseignes  enregistrent une hausse du volume des ventes de 8% sur 12 mois et des prix au national en augmentation de 2,3% sur 1 an. Seule ombre au tableau : la pénurie de biens qui se fait toujours sentir sur tout le territoire, et encore plus durement sur la capitale.

Un marché immobilier national qui se démocratise de plus en plus

Alors même que les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter (+1,5% sur 3 mois et 2,3% sur 1 an), portant désormais le m² au national à une moyenne de 2 714 €, les taux de crédit exceptionnellement bas permettent l’arrivée sur le marché d’aspirants primo-accédants qui ne pouvaient précédemment prétendre à la réalisation de leur projet. En effet, si l’apport demandé lors d’un emprunt est de plus en plus restreint, voire inexistant dans certains cas, les mensualités de remboursement sont également favorables car de plus en plus basses.
Une conjoncture qui ouvre de nouveaux horizons aux foyers modestes qui n’avaient pas les moyens d’accéder à la propriété jusqu’alors. Seul frein potentiel à date : la pénurie de stock de biens en vente qui diminue au fil des acquisitions et flirte avec les 10%

La province, ce secteur où il fait bon acquérir

Si les prix sont à la hausse sur tout le territoire, la province n’y fait pas exception avec +1,2% sur 3 mois et + 1,8% sur 12 mois. Cependant, elle reste LE secteur où il faut investir. Du fait d’un m² affiché à 2 243 €, le pouvoir d’achat y est le plus conséquent de France et permet donc des acquisitions de biens plus grands. Ajouté à un temps de réflexion en hausse (+2 jours sur 3 mois), fixé à 93 jours, c’est l’équation gagnante.

Une fin d’année qui sera probablement dictée par les taux de crédit

Pour ce qui est du cas de la capitale, si cette dernière ne rencontre pas de bouleversement majeur, elle devrait finir l’année avec une hausse du prix au m² de l’ordre de 3% environ.
Pour le reste de la France, le marché immobilier de l’ancien sera, comme toujours, dicté par les banques et les taux de crédit. Actuellement, il semblerait que les établissements bancaires commencent à relever quelques taux ainsi qu’à davantage sélectionner les dossiers, le choix étant si vaste qu’ils ont tendance à privilégier les meilleurs, créant ainsi une hausse des délais de traitement.

Comparer les annonces

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer